A quel âge commencer les injections ?

A quel âge commencer les injections en médecine esthétique ?

J’ai tendance à penser que l’on débute un traitement d’injection en médecine esthétique lorsqu’on en ressent le besoin : prévention chez une personne très jeune, correction de petites rides naissantes autour de la trentaine, de rides plus marquées et de relâchement cutané à partir de 40/50 ans… il n’y a pas d’âge limite, en revanche sauf cas particulier, pas de traitement pour un patient mineur.

 

Génération millenials

Dans ma pratique de la médecine esthétique, je constate depuis ces dernières années que les patients en demande de traitements esthétiques sont de plus en plus jeunes.

Phénomène de mode mais surtout, phénomène de fond dans la société, où l’âge moyen des patients de 40/65 ans est dépassé aujourd’hui par la génération dite des millenials, 25/30 ans en moyenne, (selon une étude du Laboratoire Allergan*, cette tranche d’âge représenterait environ 35% des patients).

Je peux distinguer 2 types d’objectifs pour ces nouveaux et jeunes patients :

  • ceux qui sont en demande d’embellissement naturel et/ou de prévention du vieillissement cutané : traiter leurs premières rides, soigner l’éclat de leur peau, avoir des conseils cosmétologiques professionnels et efficaces…
  • et ceux qui souhaitent adapter leur image aux codes des réseaux sociaux. Les actes d’injection sont pour eux, banalisés, faciles, il n’y a aucun tabou, ni d‘état d’âme, ils connaissent déjà tous les traitements !  Les résultats attendus doivent être visibles, « Russian lips », lèvres pulpeuses et sexy, pommettes réhaussées, « Fox-eyes », nez parfait, front figé…

Il leur est difficile d’accepter leur propre image au naturel, constamment renvoyée par des selfies, des réunions vidéo, le regard des autres. Ils se comparent aux stars d’Instagram, aux influenceurs, puissants sur les réseaux, à tous ces visages surnaturels car embellis et modifiés par des filtres (selon l’enquête du Laboratoire Allergan*, 43% des moins de 30 ans désirent ressembler à une star). Ils pensent ainsi qu’en modifiant leur physique, on les aimera davantage.

Ma position devant ces nouvelles demandes est surtout de ne porter aucun jugement, de décrypter leur demande, et de répondre à leurs attentes si elles sont réalistes, en les conseillant et en adaptant mes gestes, les volumes injectés, les fréquences de traitement pour conserver l’harmonie de leur visage sans les figer et créer des clones de … 

Il est aussi important pour moi de repositionner l’aspect médical de ces traitements, de ne pas les banaliser, et d’expliquer que seuls des médecins peuvent les réaliser. Tout en évitant bien sûr de les entrainer dès leur jeune âge dans un engrenage qu’ils pourraient regretter !

 

Les injections d’acide hyaluronique à 30 – 40 ans

Le passage d’une dizaine est souvent un déclic pour envisager un traitement esthétique !

Mes patientes veulent faire quelque chose pour elles, embellir naturellement leur visage. Elles commencent à remarquer les premiers signes de vieillissement, et les zones d’ombre qui apparaissent: rides du lion, de la patte d’oie, cernes, rides du sillon naso-géniens, vallée des larmes, code–barre…

Combler les premières rides, remodeler les volumes qui se modifient, renforcer les zones de fragilité qui apparaissent, repulper les lèvres qui s’affinent, ce sont des traitements réalisés par injection d’acide hyaluronique. La réhydratation et l’éclat de la peau, l’uniformité du teint, seront obtenus grâce l’injection de skin-boosters, ou le micro-needling en mésothérapie.

Je n’injecte que de l’acide hyaluronique, molécule naturellement présente dans le derme, la couche profonde de la peau. Les résultats sont subtils, sur-mesure et réversibles, ce qui permet de commencer la médecine esthétique à tout âge et en toute sécurité.

J’utilise la technique des MD Codes®, qui correspondent à chaque zone anatomique du visage pour une action et un résultat précis, avec un type de produit défini, un volume injecté spécifique, une technique adaptée, et le respect de zones dangereuses à ne pas injecter. Cette approche est adaptée à toutes les typologies de patients, jeunes ou plus matures, elle permet d’obtenir un embellissement global, tout en respectant les attentes de chacun.

En parallèle de ces traitements d’injection d’acide hyaluronique, pour toutes mes patientes dès l’âge de 30 ans, il sera important de travailler sur la qualité de leur peau, avec des peelings, de la radiofréquence, par laser fractionné, ultrasons …

 

Belle à 50 ans et plus

Oui on peut commencer la médecine esthétique et les injections d’acide hyaluronique aussi à 50 ans !

Le cap des 50 ans, est souvent difficile à vivre. Le relâchement cutané, la sensation du temps qui passe, les variations hormonales de la ménopause, sont des modifications profondes qi impactent notre peau, altèrent la qualité et la beauté d’un visage.

L’acide hyaluronique est la molécule star pour embellir un visage mature, on parle alors de correction :

  • de la perte d’élasticité, de l’affaissement du visage, l’objectif étant de renforcer la peau et de la remettre en tension pour redéfinir les contours du visage et la ligne mandibulaire, la jaw line.
  • de l’amincissement des lèvres par injection d’un acide hyaluronique souple et adapté à cette zone mobile. Contrairement à mes jeunes patients, les femmes matures ne souhaitent pas d’augmenter le volume de leurs lèvres,  mais plutôt un remodelage subtil, naturel, et un comblement des rides périorales.
  • de la perte des volumes : l’amincissement de la peau, l’érosion des os, la fonte et le déplacement de la graisse sous-cutanée impactent les volumes du visage – pommettes, cernes, tempes, vallée des larmes, menton. Je vais travailler sur toutes ces zones d’ombre pour redonner une expression positive et apporter de la luminosité naturellement en injectant un acide hyaluronique volumateur.
  • de la sécheresse cutanée, renforcée par la ménopause et le déficit hormonal, en injectant des skin-boosters, acide hyaluronique et facteurs de croissance.

 

Alors à quel âge démarrer des injections ?

Il n’y a donc pas d’âge pour commencer un traitement par injections d’acide hyaluronique en médecine esthétique, car les indications sont multiples.

Un traitement réussi est un traitement bénéfique pour le patient, qui va l’embellir et lui restaurer confiance et joie de vivre. A nous, praticiens, de prendre le temps de comprendre ses attentes, et à y répondre avec le plus grand professionnalisme.

* 360° AESTHETICS REPORT, AMWC 2019

 


Posez une question

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités

Que votre grossesse ait été épanouissante ou difficile, votre visage et votre corps auront été mis à l’épreuve, la chute des hormones, l’allaitement et le manq...
Reconnaissons-le, être « wonder-woman » tous les jours ce n’est pas facile et même parfois épuisant ! La gestion de la maison et du quotidien, courir en...
HArmonyCa est un nouvel injectable indiqué pour traiter le relâchement des tissus mous du visage. L’Hydroxyapatite de Calcium va booster la production de ...